Doit-on donner son avis sur tout ?

 

Nous sommes désormais dans une société où tout le monde a un avis, à peu près sur tout.

Il est certes important d’avoir ses positions propres, de ne se faire influencer par personne, et de s’exprimer. Si je ne le pensais pas, je n’aurai pas ce blog. Il faut échanger certes, mais  ne penser qu’à soi en voulant coûte que coûte donner son avis sur tout, cela n’a pas de sens. Il y a des moments où il faut parler, des moments où il est important de prendre des positions. Il y a aussi des gens qui sont ouvert à l’apprentissage et au partage, et avec qui il est bénéfique de discuter.

Les débats intelligents, c’est rafraichissant et c’est ce qui nous fait grandir. Mais avouons le : ce n’est pas toujours le cas.

On en arrive à un point où l’on nous demande d’avoir un avis sur tout et n’importe quoi. Pourtant, il n’y a aucun mal à ne pas savoir, à ne pas avoir d’avis sur un sujet, à ne pas y avoir réfléchi ou à ne pas vouloir y réfléchir. Il n’y a pas de mal à admettre que notre connaissance a des limites, que nous sommes encore en apprentissage.

Me dérange surtout le fait de vouloir coute que coute mettre quelqu’un au courant de ce que l’on pense de tel ou tel sujet, à la recherche d’une quelconque approbation. Notre ego peut parfois en prendre un coup, mais nous n’avons pas l’obligation d’avoir des connaissances sur tout sujet d’actualité. On gagnerait en humilité en l’admettant.

Mon activité préférée est sûrement d’observer deux personnes débattre, sans s’écouter. J’arrive presque à voir le mur de verre dressé entre eux. C’est comme si les mots lancés par l’un n’étaient compris qu’à moitié par l’autre. Comme si ne comptait que le fait de lancer dans l’air ses idées, histoire qu’elles sortent de notre tête. Peu importe si les fruits de nos pensées sont mûrs ou pas : pourvu que quelqu’un veuille bien en manger.

On commence des débats que l’on sait déjà sans fin. Chacun écoute l’autre non pas pour le comprendre, mais pour préparer ses arguments de réponse, pour montrer qu’il a raison. Et l’on finit par mettre fin au débat, en affirmant que c’est l’autre qui ne comprend pas.

Notre temps est précieux, ne le passons pas à taper de façon acharnée sur un clavier, sans réel apport sur le long terme. Ne lançons pas simplement argument contre argument à la personne qui est en face de nous. Prenons le temps de comprendre, réellement, de nous attarder sur ses mots, leur signification, avant de décider si oui ou non notre réponse est appropriée. Ne nous sentons pas obligés de répondre à tout et tout le temps, cela nous vide de notre énergie.

Dans des écoles comme Sciences Po, particulièrement, on sentira parfois une pression à avoir un avis intéressant. On vous demandera « Et toi, tu en penses quoi ? ». Si vous avez déjà une idée précise, vous êtes sauvés (une discussion intéressante peut même être lancée). Mais garde à vous si ce n’est pas le cas. Là , sous le feu des projecteurs, vous titubez, vous hésitez, et vous parlez sans vraiment être vous-mêmes certains. Même quand, en dehors de l’École, certains lancent des sujets politiques en s’attendant à ce que vous répondiez, la liberté de le faire vous appartient.

J’apprends à dire «  Je ne sais pas », ou à simplement rester silencieuse parfois.

C’est en choisissant quand et comment parler que nous pouvons donner de l’impact à notre voix et à nos idées. En nous exprimant sur des sujets importants, de façon juste et réfléchie, nous aiguisons notre esprit. S’exprimer sur n’importe quel sujet est pour moi une façon de rabaisser l’esprit.

Aussi, si nous choisissons de nous exprimer sur un sujet précis, ou d’engager un débat, respectons le droit de la personne en face de simplement se taire si elle le souhaite. Un débat ne se force pas, life gets busy, nous n’avons pas toujours le temps de nous engager dans des discussions longues et prenantes.

Enfin, veillons à bien choisir notre entourage. Si vous avez trop rarement des discussions « vraies », c’est qu’il vous faut peut être élargir votre cercle de connaissance, sortir de votre zone de confort. Ou peut être que justement, vous ne donnez pas assez votre avis quand il le faut. Tout est question d’équilibre.

But hey, ce n’est que mon avis.

 

*** Mood du Jour ***

Je viens d’écrire ce billet dans une voiture, en plein embouteillage. Pour musique, il n’y avait que la pluie.

La douce odeur de cette terre mouillée, ma terre, m’avait énormément manqué. Cette odeur me frappe à chaque fois.

Il n’y avait donc pas de musique, mais s’il devait y en avoir une, ce serait celle-ci :

 

Source image d’illustration : Tarlow Design LLC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s