Le blogging : Mon Âme à nu

Je reprends le blog en main petit à petit, après 4 mois d’absence. Ah, ce n’est d’ailleurs que maintenant que je me rends compte que cela fait 4 mois ! Mais bon, l’on se laisse parfois juste porter par les évènements.

Pendant ce temps passé sans écrire, ou plutôt sans diffuser mes écrits, j’ai eu à réfléchir sur l’influence qu’avait mon blog sur moi. C’est étrange, on créé un espace qui normalement nous appartient. Je devrai être celle qui a de l’influence sur mon blog, non ?  Mais à un moment, une partie de nous semble appartenir à cet espace, à tous ceux qui nous lisent.

On donne une partie de nous. Plus particulièrement dans le cas d’un blog comme le mien, qui parle d’expériences personnelles, du vécu. On livre nos pensées, nos peurs, à de parfaits inconnus tout comme à des amis, des connaissances. Ce qui n’est pas forcément plus simple. Je suis souvent mal à l’aise quand on discute de mes articles avec moi face à face.J’ai l’impression que mes mots ont déjà été donnés, et que c’est bien assez comme ça. Que mon Âme s’est déjà exprimée sur ce sujet. Elle est passée à autre chose, elle n’y revient pas.

Dans le cas des « Inconnus », on se livre sans savoir à qui, on parle à des statistiques, parfois à l’autre bout du monde, que l’on ne rencontrera jamais. Des nombres qui défilent, une carte t’indiquant d’où te lisent tous ces inconnus. Pourtant, cette personne qui me lit à plusieurs milliers de kilomètres en sait sûrement plus sur moi aujourd’hui que tous ceux que je croise dans la rue tous les jours. Encore plus incroyable : elle se retrouve en moi parfois ! C’est la pure magie d’internet, couplée à la douce magie de l’écriture, quelle Beauté.

Mais, parce qu’il y a toujours un « mais »… Évidemment, se mettre quasiment à nu, c’est se rendre vulnérable. C’est parfois être tellement conscient du regard de l’autre, de ses exigences et de la notre, que l’on en réfléchit trop. C’est, comme Adam et Eve, être soudainement conscient de sa nudité, et vouloir la cacher en même temps.

Parfois, on ne publie pas un article simplement parce qu’on ne le pense pas assez bien. Alors qu’il est pourtant l’image parfaite d’une expérience réelle, rien de plus. Je vous invite d’ailleurs, sur ce sujet à lire Aminata Thior et son billet « Comment j’ai abandonné mon blog ». Je l’ai lu alors que cet article était justement en cours de rédaction.

Combien de Brouillons cachés quelque part sur ce blog, que je reporte, jours après jours ? Combien de sujets non-abordés car « trop sensibles » ? Combien d’idées  » pas assez bien » ? Beaucoup trop.

Maintenant, je me rends compte qu’une fois un article fait, il faut le laisser faire son chemin. Bien sûr, il y aura toujours des choses à corriger, à améliorer dans le style et la façon de faire : ce sera pour le prochain texte. Après tout, nous écrivons pour partager avant tout. Nous sommes faits de défauts, partageons les aussi.

Aussi, lorsque l’on écrit, que l’on partage, on a envie d’être lu. En tout cas le plus souvent, même quand c’est avec appréhension. Au début, avec mes premiers articles, je me retrouvais à scruter le nombre de personnes qui me lisaient. Au point de comparer les statistiques des différents articles, de me demander pourquoi l’un plaisait plus que l’autre. Je me rends compte aujourd’hui à quel point c’était ridicule.

C’était comme si je comparais différentes parties de moi. Je suis un Tout, ce blog aussi. Et tout comme moi, il Est et c’est tout, indépendamment de cet « Autre » à qui cela ne plairait pas. Cela ne change rien à l’existence de ce lieu, à son Âme. Aujourd’hui, je suis heureuse à chaque fois que je vois qu’une seule personne me lit, c’est un sentiment magique, cette impression de ne pas le mériter, d’être bénie.

Ce qui fait vivre mon blog, c’est ce sentiment de liberté quand j’écris, cette légèreté dans le coeur, et le bonheur d’échanger avec vous après coup. Sortir une idée qui voguait en moi, et en faire quelque chose de plus grand, de plus beau aussi peut être. Faire éclore tous ces bourgeons dans ma tête, qui s’agitent tous les jours.

Ce blog, c’est un effort constant pour rester vraie. C’est éviter de me poser la question « Quel sujet serait intéressant ? », et plutôt me demander « De quoi ai-je envie de parler ? ». C’est laisser mon esprit caresser mon clavier, c’est murmurer à cette page des mots qui bientôt deviendront des cris, dispersés dans le monde. Vagabonds.

Bref, c’est un plaisir, une brise dans mon quotidien. C’est une partie de mon Âme, à nue, dans un monde électronique que je ne peux toucher mais qui est  ô combien réel. Et je me bats, mots après mots, pour que cette Âme reste authentique. J’espère, encore longtemps inchaaAllah, continuer à partager ce plaisir.

 

*** Mood du Jour ***

Un petit vent souffle au balcon, j’ai le sourire aux lèvres, et la douce voix d’Arlissa me donne des frissons, titres après titres. Si bien que j’ai eu énormément de mal à choisir une seule chanson d’elle.

Écoutez-les toutes.

 

Image d’Illustration : Jason Siwe, « Strike A Pose »

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ndeye diaw dit :

    Magnifique! Vous avez une bel ame! Et merci pour le partage

    J'aime

    1. M. dit :

      Merci beaucoup, c’est un plaisir

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s