Trop intelligente pour trouver un mari ?

«Si tu fais des études trop longues, tu ne trouveras jamais un mari, à moins que tu  veuilles un toubab. »

«Tu risques d’intimider les hommes.»

«Quel homme voudrait d’une femme qui passe son temps à débattre et contredire ? »

Voilà quelques-unes des phrases que je  vois souvent flotter dans l’air pendant mes discussions avec certains hommes sénégalais, ou même femmes sénégalaises.

Quand il s’agit des femmes, c’est le plus souvent la fameuse tante éloignée, vous savez, celle qui vous demande «Tu n’es toujours pas mariée ? », ou qui insiste pour te défriser les cheveux, en gros qui a toujours des remarques à faire sur tes choix de vie.

Dans un de mes précédents articles, j’avais fait remarquer que dans la société sénégalaise actuelle, autoriser une femme à travailler ne signifiait pas qu’on en attendait moins d’elle dans la gestion du foyer, cela ne signifiait pas qu’on la libérait d’une charge. Au contraire, le moindre faux pas sera encore plus facilement relevé «Elle ne s’occupe pas assez de son mari et de ses enfants, makhala toujours au boulot, tu vois comment ses enfants commencent à mal tourner».

C’est à peu près pareil pour les études, on accepte désormais bien plus facilement qu’une jeune fille se lance dans les études mais attention, pas trop non plus. Il ne faudrait pas faire fuir un potentiel mari. Il ne faudrait pas trop vouloir s’échapper de son rôle préétabli. Et surtout, il ne faudrait surtout pas que les études t’empêchent d’accomplir le plan auquel la société t’a malgré tout prédestiné : être une épouse et mère parfaite.

C’est une sorte d’hypocrisie sociale qui te murmure «Tu peux être intelligente, mais juste un peu ».

Quand quelqu’un demande à une jeune femme si elle n’a pas peur de faire fuir les hommes en faisant de trop hautes études, ou en aimant tout simplement débattre, je rigole intérieurement.

Ils ne comprennent pas que les hommes qui ont peur de nous parce que nous avons choisi de pousser loin notre éducation constituent exactement le type d’homme dont on ne veut a.b.s.o.l.u.m.e.n.t pas. Pour moi ce type homme a un manque de confiance et d’ambition extrême.

Ils manquent de confiance car ils ont besoin de sentir que leur femme est soit disant «inferieure», afin de se sentir homme, se sentir puissant. Ils ont peur d’une femme capable de leur signifier leurs torts, capable de ne pas être d’accord avec eux. Ce qui est assez étrange comme peur, car la critique constructive est pour moi la seule manière d’avancer, à partir du moment où tout se fait dans le respect de l’autre. Ils en arrivent à avoir peur des femmes capables de les pousser vers l’avant.

Ils manquent d’ambition car ils ne s’imaginent pas tout ce qu’un couple peut construire lorsque le soutient est mutuel. Ils ne comprennent pas tout ce dont une femme, africaine, éduquée, consciente des enjeux du monde dans lequel elle vie, est capable.

Ils veulent une femme qui cachera leurs imperfections plutôt que d’en parler afin de devenir quelqu’un de meilleur. Ils veulent sauver les apparences et refusent d’aller en profondeur.

Et franchement, ils ont le droit de vouloir une femme qui leur correspond. Mais qu’ils ne viennent pas questionner les femmes qui ne veulent pas d’eux, celles qui cherchent plus.

Alors non, je n’ai pas peur de me retrouver seule soit disant parce que je parle trop ou parce que j’ai certaines ambitions. Je n’ai pas peur de faire fuir qui que ce soit. Je ne suis pas une «féministe aigrie». Je ne veux simplement pas sacrifier mes ambitions pour une société qui de toute façon, me critiquera, me jugera, et attendra le moindre faux pas avec un petit sourire.

Les hommes véritables, ceux qui connaissent le Pouvoir de l’éducation chez une femme, le Pouvoir d’une discussion, ceux qui savent à quel point l’intelligence est sexy, ces hommes-là ne fuient pas.

PS : Au moment même où je mettais un point final à cet article, je reçois un message de ma mère, ou elle partage avec moi un article  de Jeune Afrique intitulé «Cinq africaines qui ont réussi à percer le plafond de verre », qui fait la présentation de quelques femmes africaines évoluant dans des milieux dominés par les hommes.

Merci à l’univers pour ce petit signe.

 

***** Mood du Jour *****

 

J’ai écrit cet article confortablement installée sous ma couette (merci au climat de Londres) bercée par un petit « Throw Back » Musical.

Il s’agit du titre « My Feeling » de Bideew Bou, un groupe sénégalais. La chanson parle en résumé d’un retour aux sources, un attachement à l’Afrique et ses multiples cultures, plus particulierement la culture Peulh.

J’aime particulièrement le rythme à partir de la première minute à peu près, obtenu à partir de rythmes traditionnellement Peulh, et le clip est très agréable.

Enjoy.

 

 

Dessin illustratif de l article : Betti Banshee, Pintarest

22 commentaires Ajouter un commentaire

  1. L. Amina dit :

    Merci, Marieme. Merci beaucoup. Merci d’en parler, merci de parler de toutes ces petites choses dont nous ne parlons pas beaucoup dans nos maisons et dans nos sociétés. Tu fais beaucoup plus de bien que tu peux imaginer. JazzakAllahu fikum ❤

    J'aime

    1. Marieme dit :

      Ooonwww mais de rien, merci à toi, c’est ce genre de commentaire qui donne envie d’écrire

      J'aime

  2. Oumar Kane dit :

    Le hasard fait bien les choses, je discutais de ce sujet avec un ami hier soir et le lendemain je tombe par hasard sur cet article vraiment riche et qui dit beaucoup de choses.
    Le genre qu’on lit vraiment avec plaisir et qui stimule notre esprit.
    Je ne te connais pas , mais je t’encourage à continuer.

    J'aime

  3. Oumou Seck dit :

    Bonne continuation. Le texte est clair et limpide et touche du doigt exactement le thème. Go ahead

    J'aime

    1. Marieme dit :

      Merci beaucoup pour l’encouragement

      J'aime

  4. Mercii beaucoup je discutais de sa tout à l’heure !

    J'aime

  5. http2997 dit :

    Ayez de l’ambition, visez plus loin, ne laissez personne vous dire que vous devez arrêter vos études juste après une Licence ou un Master. Ce dont vous voulez, c’est à vous de le défendre. Je pense que la femme doit avoir la même ascension que l’homme. Et ce qui me fait nous faisons recours sur la religion pour essayer de légitimer certains choses, c’est comme la polygamie. D’ailleurs Mariama Ba l’a dit dans son Classique « Une Si Longue Lettre ». Si un homme vous aime, il s’engagera avec vous quelque soit votre background. Bon courage Marième pour l’écriture!

    J'aime

  6. Mamadou NDOYE dit :

    Aucune religion révélée ne défend à la femme le droit de se fixer un objectif à atteindre dans la vie ! Pourquoi voulons nous faire de la vie d’une femme une existence servile à celle de l’homme, si nous savons le rang élevé que le SEIGNEUR l’a octroyé .Une épreuve est toujours à la hauteur de l’éprouvé . Chose que le BON DIEU sait trop bien pour l’investir dans tous les rôles dont elle est susceptible de mener à bien dans la société (mère, épouse, confidente,collègue de travail,femme au foyer..), suffit de lire le coran pour s’en convaincre . Sans elle a nos cotes notre vie est bancale , telle une marche titubante d’un enfant de 2 ans ! Toutefois pour jouer pleinement son role elle lui est recommandée des valeurs et des comportements qui sont comparables à la base même d’un edifice . Alors étudiez, réussissez, connaissez le monde pour enfin vivre avec votre homme une relation de complémentarité constructive et non conflictuelle ! Évitez l’orgueil et adoptez la modestie, la vie n’en sera que plus belle ! Bonne journée

    J'aime

    1. Marieme dit :

      Très beau commentaire, merci de votre retour.

      J'aime

      1. Mamadou NDOYE dit :

        Merci Marieme, je commenterai d’autres articles ! Bien des choses a vous !

        Aimé par 1 personne

  7. Aliou Ba dit :

    Donnez à un homme l’intitule et ôtez lui le nécessaire, vous aurez l’enfant. Disait Victor Hugo dans Les misérables. Mon rêve c’est d’avoir une épouse aussi intelligente qu’ambitieuse. Un personne forte n’a jamais peur des étincelles de la lumière.

    J'aime

  8. Très belle article miss Marieme ,tu décrit malheureusement un stéréotype de la société Africaine qui étouffe tant de potentiel que regorge notre merveilleux continent ,et c’est bien dommage .

    J'aime

  9. Uriel Jacob dit :

    Tout smplement waouuuuhhh, et reconfortant. So proud

    J'aime

  10. Sibima dit :

    Ton article est tout simplement magnifique, je me suis retrouvée dedans. La société nous met parfois tellement de pression que parfois on se surprend à penser qu’on a peut-être un problème. Merci beaucoup.

    J'aime

  11. HOUNKANRIN Monrènikè dit :

    Merci Marième pour cet article

    J'aime

  12. Ibrahima Cisse dit :

    Une grande part de vérité dans le traitement du sujet mais en vain la refléxion s’arrete malheureusement sur la périphérie.
    Vous faites un constat et vous le commentez ce qui est bien mais ne touches pas le débat de fond qui a des racines religieuse, culturelle, sociétales pour ne citez que cela.
    c’est bien de sonner la révolution mais il faut attaquer le mal dans ses flancs les moins couverts avant de l’anéantir…
    Ce fut une lecture agréable.
    Mes félicitations et encouragements!

    Aimé par 1 personne

    1. Marieme dit :

      Merci beaucoup du retour.
      Je suis tout à fait consciente de toutes ses implications, et j’ai étais tentée de les inclure, mais j’ai préféré opter pour un style court et concis, comme pour la plus part de mes articles. J’essaye de « diviser » un même sujet pour ne pas aller trop loin, sachant que rien que pour un  » petit » article j’y passe facilement trois heures. Ma réponse dans cet article était plus portée sur le côté émotionnel, le ressenti que l’on a dans cette situation. Je ne voulais pas tout mélanger et j’essaye d’ordonner mes idées au fur et à mesure.
      Pour ce qui est des implications sociales, culturelles, religieuses, et même politiques etc, cela viendra inshaaAllah, dans un prochain article.
      Merci beaucoup de votre retour encore une fois, et de votre passage sur le blog, vos remarques sont bien notées pour une prochaine fois.

      J'aime

  13. Koulibaly dit :

    Très bien écrit. Il est absolument recommandable et ouvre la brèche de la réflexion. L’intelligence n’a pas de sexe mais la spécificité de chaque être y apporte de la complémentarité. Seul on va vite. A deux on va plus loin. Merci Binta.

    J'aime

  14. Je passais par là. Et je compte repasser dit :

    Tu .. tu .. mais comment tu fais ?
    Je n’avais tellement pas les mots – CES mots – pour les exprimer dans un rugissement (avec classe bien sûr) devant tous ceux qui prennent du temps et OSENT argumenter sur notre confiance débordante, nos choix (team deugeur boop), nos styles et manières de penser. Finalement je repondais par monosyllabes, ou par des rires, par de tout petits rires (with that thoughts in mind you’d better not guess), parfois par le silence ( l’arme qui tue).
    En tout cas, vraiment merci. Ce fut un reeeeel plaisir de te lire.

    Aimé par 1 personne

  15. write n read dit :

    j ‘adore tes ecrits en tout cas tu as parler pour nous toutes . tankioux

    J'aime

  16. Aby SOW dit :

    Les hommes véritables, ceux qui connaissent le Pouvoir de l’éducation chez une femme, le Pouvoir d’une discussion, ceux qui savent à quel point l’intelligence est sexy, ces hommes-là ne fuient pas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s